• Citation préférée : Pour l'essentiel, nous confondons stupidement un homme avec un autre. L'imbécile ne distingue que des races, des nations ou, au mieux, des classes ; mais l'homme sage ne voit que des individus. H.D. Thoreau

Billets de lg07

Lecture plage

Horaires été

  • Par lg07
  • Le 19/06/2018

 

Horaires été Bibliothèque Malbosc

Mercredi 18 Juillet

Mercredi 22 Août

10h/12h

Chat kaisen

Ça m'a plu!

Le mot kaizen est la fusion des deux mots japonais kai et zen qui signifient respectivement « changement » et « meilleur ».

C'est aussi le nom d'une revue qui décide de montrer un nouveau monde qui est en marche : intelligent, sobre, mettant au premier rang de ses priorités l’épanouissement de la Vie sur notre planète .

Feuilletez le n° de Mai-juin et vous y trouverez :

  • Un dossier sur l'accueil des migrants
  • Un superbe reportage photo noir et blanc sur les Berbères de Kabylie
  • Un article sur les moteurs de recherche
  • Des témoignages d'associations qui luttent contre l'isolement et pour le partage
  • De bonnes adresses de lieux alternatifs, des recettes de cuisines simples et naturelles
  • des DIY

Et encore plein d'autres sujets passionnants. Le tout dans une présentation agréable, sans le ton "donneur de leçons" que l'on peut retrouver parfois dans certaines publications.

Il y a bien sur quelques pages de pub, mais jamais pour des 4x4 ou voyage en avion à l'autre bout du monde mais pour des produits issus du commerce équitable ou régional.

Cette revue est un vrai bol d'air frais et une fenêtre sur l'alterité.

La bibliothèque de Malbosc s'y est abonné et vous pouvez trouver le premier numéro dès maintenant...

Bibliobus

Bibliobus

Le bibliobus passera dans votre commune le 22 février 2018 à 14h

Vous êtes invités à venir choisir les livres qui seront en prêt dans votre bibliothèque pour les 6 mois à venir.

Cet après midi nous permet de nous retrouver entre lecteurs adhérents et l'aide au portage des caisses de livres est bien appréciée des bénévoles!

Ce moment de convivialité se termine par un petit gouter offert par la bibliothèque.

Venez nombreux!.

Figura resina gaston el gafe pila de libros

Selection telerama rentrée litteraire d'hiver (2)

Rentrée littéraire d'hiver : notre sélection de romans (2/2)

Notre sélection de romans pour la rentrée littéraire d’hiver 2018.

 

 

Paul Auster, Kate Tempest, Didier Blonde, Delphine de Vigan… Retrouvez la seconde partie de notre liste de romans coups de cœur de ce début d’année.

Vous pouvez retrouver la première partie de notre liste de coups de cœur par ici.

Selection telerama rentrée litteraire d'hiver

Rentrée littéraire d'hiver : notre sélection de romans (1/2)

 

 

 

Jean Rolin, Vincent Almendros, Colombe Schneck, Ivan Jablonka… La rentrée littéraire de ce début 2018 est appétissante.

Il fut un temps, pas si lointain – c’était il y a quatre, cinq ans à peine – où on l’appelait la « petite » rentrée littéraire, la « grande », la vraie, la légitime, l’officielle demeurant celle de l’automne, mise sous tension par les prix littéraires et l’enjeu tant symbolique qu’économique dont ils sont porteurs. Avec quelque cinq cents nouveautés annoncées (1), romans ou récits, à paraître en janvier et février, cette rentrée d’hiver mérite-t-elle encore ce qualificatif qui la cantonne au rôle d’éternelle cadette ? Moins que jamais.

Electrisée par la sensation Maggie Nelson, portée par quelques vedettes telles que Pierre Lemaitre ou Frédéric Beigbeder (Une vie sans fin, éd. Grasset), entraînée par certains de nos contemporains capitaux examinant avec acuité les dysfonctionnements de notre présent – Jean Rolin, mais aussi Régis Jauffret (Microfictions 2018, éd. Gallimard) ou Delphine de Vigan (Les Loyautés, éd. JC Lattès), galvanisée par les excitants exercices d’autofiction d’Ivan Jablonka ou de Colombe Schneck, les fictions graves et brillantes de Vincent Almendros, Philippe Forest (L’Oubli, éd. Gallimard), Nathalie Azoulai (Les Spectateurs, éd. P.O.L), Christian Garcin (Les Oiseaux morts de l’Amérique, éd. Actes Sud), Yves Pagès (Encore heureux, éd. de L’Olivier) et tant d’autres encore…, cette saison littéraire hivernale s’annonce généreuse dans tous les sens du terme, ample et impliquée. Bonne lecture ! 

Rentrée étrangère

C’est parmi une pléiade de grands noms que la jeune prodige britannique Kate Tempest impose, en cette rentrée d’hiver, sa voix singulière, dans Ecoute la ville tomber (éd. Rivages). Elena Ferrante, dont L’Enfant perdue (éd. Gallimard, en librairie le 18 janvier) clôt la triomphale tétralogie romanesque L’Amie prodigieuse, Paul Auster et le savoureux 4 3 2 1 (éd. Actes Sud), Arundhati Roy dont Le Ministère du bonheur suprême (éd. Gallimard) signe le retour au roman, vingt ans après Le Dieu des petits riens, demeuré jusqu’alors son unique fiction, et Aharon Appelfeld avec Des jours d’une stupéfiante clarté (éd. de L’Olivier, en librairie le 8 février) sont les têtes d’affiche. Liste internationale et multilingue à laquelle on peut ajouter les Américains Louise Erdrich (LaRose, éd. Albin Michel, en librairie le 17 janvier), Jim Lynch (Face au vent, éd. Gallmeister) et Alexander Maksik (L’Oiseau, le Goudron et l’Extase, éd. Belfond, en librairie le 1er février), le Catalan Juan Marsé (Cette putain si distinguée, éd. Christian Bourgois, en librairie le 25 janvier), les Irlandais John Banville (La Guitare bleue, éd. Robert Laffont) et Sebastian Barry (Des jours sans fin, éd. Joëlle Losfeld), le Britannique Hari Kunzru (Larmes blanches, éd. JC Lattès), le Danois Jens Christian Grondahl (Quelle n’est pas ma joie, éd. Galli­mard, en librairie le 8 février)…

Signalons encore Jonathan Franzen, dont Phénomènes naturels (éd. de L’Olivier, en librairie le 1er février) est en fait le deuxième roman, écrit avant Les Corrections et paru en 1992. Plus tard, mi-mars, viendra L’Echelle de Jacob, l’ultime fiction (c’est elle qui le dit) de Ludmila Oulitskaïa. Cela sans oublier les livres posthumes de deux grands écrivains : John Berger (1926-2007), dont les éditions de L’Olivier publient le très libre et émouvant Palabres, et Isaac Bashevis Singer (1902-1995), dont Stock nous fait le cadeau d’un roman inédit, Keila la rouge (en librairie le 31 janvier). 
×